Institut Cèdre Indigo I.C.I.

Institut Cèdre Indigo I.C.I.

CONVERSATION INTIME AVEC LA TERRE MÈRE - Thich Nhât Hanh

Hymne nature.jpg

 

Partage : voici un très beau texte de Thich Nhât Hanh, lu pour la première fois, en 2012 au Village des Pruniers (Dordogne)

 

 

 

CONVERSATION INTIME AVEC LA TERRE MÈRE

 

"Chère Mère, tu es notre planète, mère de toutes les espèces y compris la nôtre, celle des humains. Tes enfants se comptent par milliers d’espèces et chacune a son propre langage. Comme tu es la mère de tous, tu comprends tous ces langages dont le nôtre. C’est pourquoi, il nous est toujours possible, facile et agréable de converser intimement avec toi et de te prier.

 

Tu es la planète bleue, la Boddhisattva Terre Pure et Fraîche.

 

Chère Mère, je m’incline devant toi empli d’un profond respect, pleinement conscient que tu es présente en moi et que je suis une partie de toi. Tu m’as mis au monde, tu m’offres tout ce dont j’ai besoin pour me nourrir. Tu me donnes l’air pour respirer, l’eau pour boire, la nourriture pour manger et les plantes médicinales pour me soigner quand je suis malade. Parce que tu m’as mis au monde une fois, je sais que tu me mettras au monde des milliers d’autres fois et je ne mourrai jamais. A chaque manifestation, je deviens complètement nouveau, à chaque fois que je retourne à toi, Mère, tu tends tes deux bras compatissants pour m’accueillir.

 

Tu es la Grande Terre, tu es Terra, tu es Gaïa, tu es la Planète Bleue, tu es la Boddhisattva Terre Pure et Fraîche. Tu es très parfumée, très rafraichissante, tu es très belle. Tu es capable de tout recevoir, de tout protéger et transformer, même le crachat puant, les gaz toxiques, les radiations. Tu prendras tout ton temps pour faire ce travail et même, un million d’années, s’il le faut.

 

Tu as de nombreux enfants, des milliers d’espèces dont les êtres humains. Parmi nous, certains, aveuglés par l’avidité, l’arrogance, l’ignorance ne t’ont pas reconnue comme mère. Ils ont provoqué tant de désastres et dévasté ta santé, ta beauté. Je sais que tu as assez d’énergie pour embrasser et transformer toutes nos erreurs. Mais notre ignorance continue à nous pousser à t’exploiter et à engendrer des conflits. Parfois, nous te fatiguons.

 

Mère, ta patience et ton endurance immense t’ont fait devenir un grand boddhisattva, un lieu de refuge très solide pour nous tous. Chaque fois que nous sommes déstabilisés, que nous nous perdons dans l’oubli, la tristesse, la haine ou le désespoir, nous sentons le besoin de revenir vers toi et de pratiquer le toucher de la terre. Nous prenons refuge en toi pour retrouver la paix, la joie de vivre et la confiance en nous même. Nous savons que nous sommes tous tes enfants.

 

Et même si nous avons commis beaucoup d’erreurs, tu nous pardonnes toujours et chaque fois que nous revenons vers toi, tu es toujours prête à nous tendre tes bras de mère aimante pour nous entourer. Nous avons la nature de non-naissance et de non-mort grâce à toi. Tu gardes en ton cœur d’immenses trésors d’énergies, nous te promettons de les utiliser habilement pour ne pas les tarir. Ainsi, tu n’auras pas à passer des millions d’années à les restaurer avec diligence et patience"...

 

 

Thich.jpg

 

Moine bouddhiste vietnamien, écrivain, conférencier, initiateur du Bouddhisme Zen en Occident,

créateur du Village des Pruniers

 



30/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres