Institut Cèdre Indigo I.C.I.

Institut Cèdre Indigo I.C.I.

LA COMPASSION POUR TOUS LES ETRES (Matthieu Ricard)

 

Interview de  Matthieu RicardMoine bouddhiste, Photographe et Auteur

 

Maria Shriver : Votre livre Plaidoyer pour les animaux déclare que la compassion pour tous les êtres est une obligation morale. Comment le fait de ressentir cette compassion améliore-t-il les relations d'un individu avec les autres et avec le monde qui l'entoure ?

 

Matthieu Ricard : "... La compassion n'est pas une denrée à distribuer de façon parcimonieuse comme de la nourriture. C'est une façon d'être, une attitude, une intention de faire le bien à ceux qui entrent dans notre sphère d'influence et d'alléger leur souffrance.

 

Donc tout naturellement il en résulte que le fait d'aimer les animaux ne signifie pas aimer moins les êtres humains. En fait en aimant aussi les animaux on aime encore mieux les humains car notre bienveillance s'est accrue. Quelqu'un qui n'aime qu'une partie de l'humanité ne possède qu'une bienveillance appauvrie et fragmentaire.

 

Il est intéressant de noter les résultats obtenus suite à une étude menée par des neuroscientifiques : ces derniers ont réalisé des scanners des cerveaux de personnes omnivores, végétariennes et véganes en train de regarder des images de souffrances humaines et animales. Il s'est avéré que les aires du cerveau associées à l'empathie étaient activées de façon plus aiguë chez les végétariens et les véganes que chez les omnivores, et ce, non seulement lors de la vision d'images de souffrances animales mais aussi pendant celle de souffrances humaines.

 

Nous avons fait des progrès immenses en termes de civilisation. Nous ne torturons plus les gens sur la place publique alors que c'était encore fréquent en Europe au 18ème siècle. Nous avons aboli l'esclavage et la torture – au moins selon les lois internationales. Il y a bien sûr encore beaucoup à faire sur le plan éthique. Nous accordons ainsi, à juste titre, une valeur infinie à la vie humaine, mais les animaux sont vus comme n'ayant pas de valeur intrinsèque, sauf sur un plan commercial ou lorsqu'ils sont considérés comme des outils ayant une tâche à accomplir. Nous sommes tout, ils ne sont rien. Notre système éthique ne sera pas cohérent tant que nous considérerons pas les membres des huit millions d'autres espèces comme nos concitoyens sur cette terre...".

 



22/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres